L’herbier de Montpellier, c’est quoi ?

  • 3 millions de plantes et végétaux récoltés depuis plus de 3 siècles ;
  • 6 étages de collections inédites ;
  • un des 20 plus grands herbiers du monde ;
  • des collections de référence ;
  • un lieu d’accueil de chercheurs et passionnés ;
  • un lieu de consultation des collections provenant de régions aujourd’hui inaccessibles ;
  • un reflet des déplacements des espèces dans le temps ;
  • un témoin d’espèce disparues ;
  • un passeport pour le voyage, on le nomme ‘MPU’.

« Utilisé par des chercheurs de tous horizons, systématiciens, biochimistes, botanistes, écologues, il est un outil de référence pour la communauté scientifique internationale. Fruit d’une longue histoire, il témoigne également des pratiques scientifiques remarquables de la botanique montpelliéraine, de la Renaissance à nos jours. Entre archives historiques, témoins du passé scientifique prestigieux de la Cité et archives de la biodiversité, indispensables à la compréhension du monde de demain, cet herbier représente un patrimoine universel à protéger à tout prix pour en assurer la transmission aux générations futures. Sa conservation, son enrichissement, sa modernisation, son accessibilité et son ouverture, via la numérisation, constituent un défi d’envergure que nous souhaitons relever avec vous. »

Philippe Augé, Président de l’Université de Montpellier

Nos actions

Visites de l’herbier MPU

Deux visites organisées ont eu lieu pour faire découvrir l’herbier et la

situation actuelle des échantillons conservés : l’occasion de sensibiliser et détailler les modalités de

numérisation en cours pour une partie de l’herbier.

Evènements

Présence du comité à Primavera du 25 mars 2018 au Jardin des plantes et institut de botanique

de Montpellier

Opération de Crowdfunding

avec le soutien de la métropole de Montpellier, nous tenons à remercier les plus de 500 donateurs.

Émission de radio

Les plantes se racontent – Pierre Coulot et P.Orsini, sur France Bleu Hérault

Pourquoi avez-vous rejoint le comité soutenant la sauvegarde de l’herbier MPU ?

MPU est avant tout mon outil de travail. Spécialisé dans la flore du Maroc – où j’étais responsable de l’herbier national de Rabat – j’ai sollicité un poste à l’Université de Montpellier pour me rapprocher de ses très riches collections d’Afrique du Nord. J’ai ensuite été amené à veiller sur MPU comme chargé de mission à sa direction scientifique. Actuellement retraité, je souhaite prolonger cette action en soutenant toutes les initiatives susceptibles de garantir la pérennité, la modernisation et l’exploitation scientifique de l’exceptionnel herbier de Montpellier.

Comment contribuez-vous à ce projet ?

En mettant à sa disposition mon expérience et mes connaissances historiques et techniques sur le contenu, la gestion et la valorisation scientifique d’un herbier.

Qu’est-ce qui vous plait dans ce projet ?

La rencontre de personnes enthousiastes, sensibles à l’intérêt scientifique, patrimonial, pédagogique et culturel de MPU, désireuses de mettre au service de son avenir des compétences nouvelles qui font défaut à l’Université. La dimension citoyenne du projet est à mes yeux essentielle.

————————————-

Mot du directeur du comité herbier MPU, Pierre COULOT

Nous avons eu la tristesse d’apprendre son décès en fin d’année 2018. Nous le remercions pour son appui et son travail mené au sein de notre comité.

Remerciements à :

L’institut de Botanique de Montpellier

Membres du comité

  • Pierre COULOT, Directeur du comité, Groupe Adene
  • Muriel GUEDJ, Université de Montpellier
  • Caroline DUCOURAU, Université de Montpellier
  • Caroline LOUP, Université de Montpellier
  • Hervé BONNARD
  • Morgane LE BRETON, BIB Vignoble
  • Sophie LAFITTE, Groupe Adene
  • Stephane MENSUEL, Swiss Life
  • Véronique BOURGADE, Université de Montpellier
  • Sabine PERRIER-BONNET, Fondation Université de Montpellier